Font Size

SCREEN

Cpanel

1chol12Who we are ?

The Regional Cholera Platforms in Africa bring together multi-sectoral partners from different organizations involved in cholera prevention, preparedness, or response in the region.

Where we work?

We work in more than 45 countries across the two regions of Western & Central Africa (24 countries), and Eastern & Southern Africa (21 countries)

What we do?

The Regional Cholera Platforms aim to improve cholera control and prevention across Africa through operationalization of an integrated strategy towards elimination.

Welcome on the Regional Cholera Platforms in Africa

Ghana - WASH study in cholera hotspots in Ghana: Review and propositions for actions to prevent cholera in the most affected areas: the greater Accra metro area, Ghana (2014)

Author/Organization:  Paul Cottavoz/UNICEF

Year: 2014

Country: Ghana


Comp et25Ghana is a country regularly affected by cholera outbreaks. In 2014, Ghana faced a major epidemic which started in the greater Accra metro area. Cross border outbreaks are also affecting Ghana from Nigeria, Ivory Coast, Togo and Benin, in particular alongside the Guinean Gulf. Due to its high risk for cholera, Ghana was included in a regional approach aiming at studying the epidemiological dynamic, so as to propose coherent action plans for each context to sustainably prevent cholera epidemics. The methodology applied was: i) to identify the key localities linked to the spread of cholera, ii) to establish their WASH context and the health facilities capacity to deal with an alleged future outbreak. Then, based on the results, the study allowed to propose specific activities to reduce the cholera vulnerability.

The epidemiological analysis highlighted that in the last 5 years, the Greater Accra Region appears to be the epicentre of cholera at national level and within the epidemiologic basin of South Guinea gulf, shared by the South of Nigeria, Benin, Togo and Ivory Coast. The available data enriched by the health workers and the local authorities’ information have permitted to identify the entry points of the different epidemics and the spreading sites. The affected population were mainly merchants, drivers and students. Several contamination paths were incriminated: consumption of water sachets, street food, diffusion through the public toilets, drinking unsafe water… The study highlighted a transept from the harbours up to the hills where residential areas were developed. The slums areas, located along it, are prone to outbreaks. This observation led to the destruction of the Mensah Guinea slum in 2014.

A specific analysis studied the consequences of the rapid uncontrolled urbanization of Accra which resulted to the under-sizing of the public networks and the development of slums area with a high vulnerability to diseases transmission. Different kinds of access to water, sanitation facilities and hygiene practices are detailed in this report.

Based on the results of the study, it appears that there is a need for urban planning in Accra to ensure access to safe water so as to reduce the risk for cholera outbreaks. In addition, operational recommendations were proposed: i) The national cholera action plan needs to be reviewed, ii) the current epidemic shall be stopped, iii) further investigations for hotspots identification should be conducted, iv) Effective post chlorination devices should be installed on the water network and v) WASH activities should be implemented at the community level. The budget estimation was initiated but not finalized for a 3-year project.

Ghana est un pays d’Afrique de l’Ouest, régulièrement affecté par les épidémies de choléra. En 2014, le Ghana a d’ailleurs connu une épidémie majeure, initiée dans la région métropolitaine d’Accra. Il est aussi touché par des épidémies transfrontalières en provenance du Nigeria, Côte d’Ivoire, Togo et Benin, en particulier le long de la côte du golfe de Guinée. Ainsi, il a fait l’objet d’une étude s’inscrivant dans le cadre d’une série à l’échelle régionale. Son objectif était de caractériser les dynamiques épidémiologiques afin de proposer des plans d’actions spécifiques à chacun des pays. La méthodologie appliquée a été à chaque fois d’identifier les localités à haut risque choléra (autrement caractérisées de « hotspots »), ayant un rôle clef dans l’expansion et la propagation des épidémies, caractériser leurs conditions EHA et, en cas d’épidémie, les capacités de prise en charge et proposer des actions spécifiques pour réduire leur vulnérabilité au choléra.

L’analyse épidémiologique portant sur ces 5 dernières années a mis en évidence le rôle de la région métropolitaine d’Accra comme épicentre également au niveau national et du bassin épidémiologique du Sud Golfe de Guinée, partagé avec le sud Nigeria, le Benin, le Togo et la Côte d’Ivoire. Les données disponibles enrichies des données du personnel de santé et des autorités locales ont permis d’identifier les points d’entrées des différentes épidémies ainsi que les zones de diffusion. La population affectée par ces différents épisodes a été principalement des marchands, des chauffeurs et étudiants. Différents chemins de contamination ont été identifiés : consommation d’eau en sachets et de nourriture préparée dans la rue, rôle de diffusion des toilettes publiques, consommation d’eau non potable, etc. L’étude a mis également en évidence le transept depuis les ports vers les zones résidentielles situées sur les collines. Les bidonvilles, implantés tout au long de celui-ci, sont des zones favorables aux flambées, cette interprétation a conduit en 2014 à la destruction du site de Mensah Guinea.

Une analyse spécifique a été faite concernant les conséquences de la rapide et incontrôlée urbanisation d’Accra qui a, pour conséquence, un sous dimensionnement des réseaux publics et le développement de bidonvilles, où le niveau de vulnérabilité à la transmission d’épidémies est très élevé. Les différents types d’accès à l’eau et à l’assainissement que l’on peut trouver à Accra sont détaillés dans ce document ainsi que les pratiques d’hygiène pratiquées par la population.

Sur la base des résultats de cette étude, il apparait qu’il existe un besoin important de planification urbaine à Accra et de s’assurer ainsi que les zones de bidonvilles ont accès à une eau potable, ceci afin de réduire le risque de flambées épidémiques. A cela s’ajoute les recommandations opérationnelles suivantes : i) révision nécessaire du plan national choléra, ii) l’épidémie en cours doit être stoppée, iii) des investigations complémentaires doivent être menées au niveau des zones à haut risque ou « hotspots », iv) des unités de post chloration doivent être implantés sur le réseau d’eau, v) des activités EHA doivent être développées au niveau communautaire. L’estimation du budget nécessaire sur 3 ans est ébauchée mais non finalisée.

Attachments:
Download this file (25-GHA_2014_SLL_UNICEF_ST1_FR.pdf)25-GHA_2014_SLL_UNICEF_ST1_FR.pdf[ ]2146 kB

Supported by


European Civil Protection and Humanitarian Aid Operations
ECHO


UK’s Department for International Development (DFID)
UK AID


The United Nations Children's Fund
UNICEF

Our Offices

  1. UNICEF Regional Office for West & Central Africa (WCARO)
    Immeuble Madjiguene – Almadies Dakar
    P.O. Box 29720 Senegal
    Email : contact@choleraplatform.info  | jgraveleau@unicef.org

  2. UNICEF Regional Office for Eastern and Southern Africa (ESARO)
    Block F" and part of E" ,Gigiri United Nations Avenue  Limuru Road
    P.O. Box 44145  Nairobi, Kenya 00100
    Email : gtabbal@unicef.org
1

Dakar , Senegal

Email : contact@choleraplatform.info
2

Nairobi,Kenya

Email : gtabbal@unicef.org