20avril2018

Cholera Platform

Against cholera

Democratic Republic of the Congo

République démocratique du Congo - Situation Kinshasa au 12 janvier 2018

Dans son histoire, la capitale de la RDC a été relativement épargnée par le choléra. Cependant, en 2011, une épidémie venue de l’Est du pays en suivant le fleuve Congo a touchée pendant 2 ans la capitale. Cette épidémie d’environ 2.150 cas entre mi 2011 et mi 2013 a été relativement bien maitrisée sans explosion épidémique forte (79 cas à Kinshasa pour le pic épidémique en semaine 50 en 2011) mais s’inscrivant dans la durée. Elle n’a d’ailleurs jamais été complétement maitrisée avec l’apparition régulière de cas sporadiques entre 2013 et 2017 dans la capitale et sur l’axe du fleuve.

En 2017, la RDC connait sa pire épidémie en plus de 20 ans (55.000 cas prêt de 1.200 décès en 2017) favorisée par un nombre record de déplacés (4.1 millions; OCHA, Nov. 2017) et récemment de violentes pluies dans la capitale Kinshasa : les latrines débordent suite aux inondations et les glissements de terrain ont entrainé la rupture de système d’eau ou d’assainissement.

Il n’en fallait pas plus pour une réapparition plus explosive du choléra à Kinshasa (4eme ville Africaine avec plus de 10 millions d’habitants). Ainsi, en semaine 1 de 2018, Kinshasa a reporté 190 cas de choléra et 3 décès dépassant déjà, dès le début de l’épidémie, le pic de 2011.

Au cours des 2 derniers mois (voir graphique), nous insistons donc à une explosion épidémique à Kinshasa et une forte létalité (6.5% en moyenne). Si les deux zones de sante de « Binza Météo » (63%) et « Kintambo » (22%) rapportent la majorité des cas, 17 autres zones de santé ont également notifiés des cas de choléra laissant craindre une possible propagation de l’épidémie.